Les Mots d'Enzo

Un album écrit par Mylène MUROT
Illustré par Carla CARTAGENA

C’est l’histoire d’un p’tit gars qui a de gros problèmes avec les mots... Pourtant, il ne ménage pas sa peine pour apprendre à lire et à écrire. Si seulement sa maîtresse et ses parents savaient le temps qu’il y passe !

NOUVEAUTÉ 2017
 

Code EAN : 9791091081252

More details

15,50€

Mais pendant la dictée, Enzo mélange tout, Enzo ne sait plus rien. Il a beau décortiquer les mots dans tous les sens, il confond toujours boulet et poulet. Sa rencontre avec l’orthophoniste l’aidera-t-elle enfin à se réconcilier avec les mots ?
Lorsque l’on est enfant, il n’est pas toujours facile d’apprendre à lire… un domaine où la pression vient de tous les côtés ! Mylène Murot dépeint minutieusement les difficultés d’apprentissage d’un garçon plein de bonne volonté. Une histoire mise en images avec tendresse par Carla Cartagena.
Un album qui rappelle que tout bon apprentissage passe par la bienveillance.

Quelques pages de l'album à FEUILLETER CI-DESSOUS

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

  • Age à partir de 6 ans
  • Hauteur 32 cm
  • Largeur 22 cm
  • Poids 500 g
  • Prix : 15,50
  • Type d'ouvrage Album illustré 32 pages couleur
  • Date de parution 27 février 2017
LI&JE - 13 juillet 2017

Enzo est un petit garçon en souffrance, car il se sent différent des autres, bien que son handicap ne se voie pas vraiment : il est tout simplement fâché avec l’écriture des mots… Ceux-ci apparaissent d’ailleurs au détour des pages comme autant de petits trolls menaçants, ou rebelles, images d’une dyslexie qui n’a pas encore de nom. Enzo tranche dans la classe par son éternel T-shirt rouge frappé du mot  « dinosaure », dont les graphies incertaines illustrent à elles seules les difficultés de l’orthographe. Les problèmes qu’il rencontre pendant le cours l’amènent à tout mélanger, à avoir la  sensation que sa tête explose, ou à s’échapper dans un flou cotonneux dont l’arrache brutalement la voix de la maîtresse. Il devient l’objet de moqueries de la part du chouchou de la maîtresse, jusqu’à ce que l’intervention bénéfique d’une l’orthophoniste lui redonne confiance en lui.
L’illustration surprend de prime abord par ses traits adoucis aux crayonnés délicats, et ses couleurs relativement sombres, qui pourraient la rendre un brin passéiste. Elles contribuent cependant à créer une impression de relative sérénité, y compris quand la figure de l’enseignante se fait menaçante. Le grand format, étiré  dans le sens de la hauteur, fait davantage ressentir la difficulté  d’Enzo pris sous les regards croisés de ses pairs et de son entourage scolaire. Quand il voudrait que la maîtresse voie qu’il travaille réellement, il l’imagine cachée derrière des peluches érigées en pyramide. Ses difficultés à apprivoiser les mots s’incarnent par la métaphore d’un crabe qui sort de son cartable. Ses erreurs dans l’orientation des lettres, comme dans « boulet » et « poulet », se traduisent par un dessin peut-être un peu trop explicite. Finalement, « tout bascule du bon côté », comme l’indique la quatrième de couverture, dans cette histoire pleine de bons sentiments, sans être cependant mièvre, qui rappelle de façon  encourageante que la résilience existe.
Anne-Marie Mercier
Site Li&Je

NVL
- septembre 2017 n°213
Enzo a du mal avec les mots. Il mélange, inverse, confond les lettres et les syllabes. Pourtant, il passe de nombreuses heures à apprendre les mots mais rien n'y fait. La maitresse le gronde, ses camarades se moquent de lui. Il trouve cela injuste, humuliant, il doute, perd la confiance en lui et l'envie d'aller à l'école. Puis un jour, il a rendez-vous avec "une sorte de docteur" qui va l'aider avec les mots qui lui font si peur. Grâce à cette orthophoniste bienveillante, Enzo va reprendre le goût des mots et retrouver l'envie et la confiance qui lui permettront de progresser et d'être fier de lui. C'est toujours avec beaucoup d'intérêt que je découvre les albums de la collection Bisous de famille. Celui-ci ne déroge pas, il déroule avec précision et intelligence les difficultés d'apprentissage de la lecture et de l'orthographe que rencontrent certains enfants. Les grandes et belles planches apportent beaucoup au texte et illustrent remarquablement les diverses émotions d'Enzo.
E. R.
L'AVIS INDÉPENDANT

Cet album illustré nous raconte l’histoire d’un petit garçon dyslexique qui avant que sa maitresse s’en aperçoive va vivre un terrible cauchemars.
 
Enzo ce petit garçon est un travailleur il se donne du mal pour apprendre ses mots, passe des heures dans sa chambre à les lire, les relire, les écrire, les réécrire. Mais le lendemain lors de la dictée il ne sait plus si Banane commence par un B ou un P.
 
Il se fait gronder par tout le monde, sa maitresse et ses parents.
Un jour sa maitresse met un mot dans son cahier de liaison… Et Enzo va pouvoir enfin aller à l’école sans avoir cette boule au ventre, sans avoir peur des mots.
 
Un joli ouvrage avec de belles illustrations, qui rappelle que nous ne sommes pas tous égaux devant l’apprentissage, et que certains peuvent avoir des difficultés non pas par paraisse mais simplement que quelques enfants confondent les lettres et ont besoin de plus d’attention et de bienveillance.

LISEZ JEUNESSE - octobre 2017

Enzo a du mal à acquérir la lecture bien qu’il ne présente aucune déficience sensorielle. Et lorsqu’il écrit, les lettres se déplacent d’elles-mêmes. Il a beau s’épuiser à apprendre ses leçons, le compte n’y est pas lorsqu’il doit les restituer. Les autrices jouent de jeux de mots pour mettre en récit la dyslexie de l’enfant, elles n’élargissent pas leur propos à la difficulté de découper la phrase et son rythme. Outre la souffrance de l’enfant, qui fait ce qu’il peut, l’album montre les relations avec ses parents qui se détériorent et, bien sûr, les difficultés scolaires et ce qu’elles entraînent en termes de relation avec le personnel enseignant et les camarades. Puis, un jour, ses parents l’amènent voir une orthophoniste avec laquelle va se nouer une relation de confiance. La maîtresse elle-même va apporter quelques modifications à la présentation des mots au tableau et Enzo va pouvoir peu à peu revenir dans le jeu des mots, passer du tangage lexical au langage verbal.

Bien sûr, l’album n’aborde pas la difficulté pour l’enseignant à prendre en compte l’élève dyslexique si la classe est très chargée. Il n’aborde pas la question des conditions pédagogiques qui sont la cause tue, bien souvent, qui fixe le désordre chez l’enfant et sont à l’origine de troubles réactionnels comme le refus scolaire etc. Ce n’était pas, bien sûr, le propos de l’album, mais il est dommage que ce dernier en soit resté à un discours recevable par l’institution : c’est en fait la bonne ou la mauvaise volonté de l’enseignant.e qui serait seule en cause…

La commission lisezjeunesse a proposé la lecture de l’album à des élèves dyslexiques et toutes et tous se sont retrouvés parfaitement dans l’histoire et ont conclu ainsi : « oppignon : nous avons pensé que s’était un très bon livre ». Peut-il y avoir meilleure évaluation de l’ouvrage ?

Philippe Geneste


ENCRES VAGABONDES

« Ce matin, la maîtresse a crié en rendant son cahier à Enzo.  
– Ce n’est pas possible, tu ne connais pas ta leçon ! Tu n’as pas travaillé ! 
Et le voilà encore puni. À la récré, il ne va pas jouer, il doit de nouveau les recopier, ces horribles mots. 
– C’est pas juste, rumine Enzo en colère. »

Tant d’enfants passent des heures et des heures à travailler pour des résultats bien décevants car ils confondent les lettres, les inversent, les mélangent… Et de plus, ils sont parfois la risée de leurs copains et sont injustement traités de paresseux par certains enseignants. 

Enzo imagine de nombreuses solutions pour se débarrasser de la maitresse d’autant plus que ses parents le disputent aussi pour ses mauvais résultats. Il ne veut plus aller à l’école.

Mais ses difficultés vont être identifiées et ses parents l’emmèneront chez une orthophoniste qui pourra ainsi l’aider à progresser. 

De très belles illustrations traduisent parfaitement les émotions de ce petit garçon en souffrance qui va peu à peu retrouver le sourire. L’humour se glisse dans les dessins où un épluche-légumes décortique un O qui transpire dans l’effort : « Pourtant, il les apprend, les mots que la maîtresse lui donne tous les soirs, il y passe des heures et des heures… Ces maudits mots, il les lit, et les relit. Il les écrit, les recopie. Il les épelle, les épluche, les décortique. » 

C’est un album qui permettra aux enfants qui ont des difficultés en lecture et en orthographe de se sentir moins seuls et de réaliser qu’ils peuvent être aidés et trouver des solutions à leurs problèmes.

Site Encres vagabondes

Brigitte Aubonnet 
(13/05/17)


BLOG MES MADELEINES

28 MARS 2017 

Album sur la dyslexie

Enzo passe des heures à apprendre les mots de vocabulaire que la maîtresse donne tous les soirs en devoir mais le lendemain, les lettres et les mots se mélangent et Enzo est toujours puni … Comment convaincre la maîtresse, et ses parents, de sa bonne foi ?

Mon avis : Corriger la dyslexie avec bienveillance, c’est possible ?

Des lettres qui s’envolent, qui montrent les dents (Pfiouuuuuu que c’est dur d’apprendre quand tout concourre à vous faire perdre votre temps !) et rappellent, par leurs couleurs et leur personnalisation la méthode des Alphas

Oui, agir efficacement sans s’énerver est possible ! En s’adressant au(x) bon(s) professionnel(s) (pédiatre, orthoptiste, orthophoniste, psychomotricien, psychiatre, musicothérapeute) qui travailler(a)ont main dans la main avec l’Education Nationale (si l’enfant est scolarisé) ou les parents/tuteurs (si l’enfant est en école à la maison)…

lire la suite ici

Marie Christine RICHARD


A VOS MARQUES TAPAGE

14 MARS 2016 

Enzo a de gros soucis à l’école … Il a beau apprendre les mots par cœur, rien à faire, ils se mélangent tous dans sa tête. La maîtresse, puis ses parents, lui reprochent de ne pas faire assez d’efforts et il est souvent puni … Jusqu’au jour où son institutrice comprend qu’Enzo n’est pas paresseux et qu’il a un vrai problème. Elle conseille aux parents du petit garçon de prendre rendez-vous avec un orthophoniste… Cet album met en lumière la souffrance d’un enfant dyslexique en situation d’échec scolaire et les moyens de remédier à ce handicap, avec lucidité et empathie. Un ouvrage précieux et intelligent qui devrait rassurer les enfants en proie à ces difficultés d’apprentissage : la dyslexie n’est pas une fatalité et se corrige avec des moyens simples et efficaces. Il suffit d’être à l’écoute de la détresse de ces enfants … Superbe ! A partir de 6 ans.

Christine Le Garrec

Site A vos marques tapage

Livres à découvrir

  • Si Eve avait dit non...

  • Cuikomo

  • Paris-Paradis (Deuxième partie)

  • Paris-Paradis (Première partie)

  • Envole-toi !

  • C'était écrit comme ça

  • Zoum chat de traîneau

  • N'oublie jamais que je t'aime

  • Les 5 Poches

  • Les Larmes de Lisette

  • Le Magasin de souvenirs

  • Les Artichauts

  • Pimpon

  • Comme deux confettis

  • Parle-moi Papa

  • L'Heure des mamans

  • Mais quelle idée !

  • Indigo

  • Gaufrette & Nougat jouent avec la neige

  • Mon Extra grand frère

  • Dansez, vieux géants !

  • Graines de Liberté

  • TOUS LES CAUCHEMARS ONT PEUR DES BISOUS

  • Petite Miss

  • Le Plus beau jour de ma vie

  • Paris-Paradis (Troisième partie)

  • Deux mains pour le dire

  • La Musique de Rose

  • Shiro et les Kamishibaïs

  • Papi Chocolat