C'était écrit comme ça

Texte et illustrations de Didier JEAN & ZAD

>  RECOMMANDÉ PAR L'ÉDUCATION NATIONALE (LISTE CYCLE 3)

Avec ce livre, les auteurs nous racontent la vie d’un enfant qui aurait dû être conçu le 9 juin 1944.
C’était écrit comme ça... 

Code EAN : 9782953373936

More details

15,50€

Mais ce jour-là, celui qui aurait dû être son père a croisé une unité de la division Das Reich.
Et la vie s'est arrêtée...

La narration de l’album alterne entre la terrible réalité de cette journée et l’existence imaginaire de l'enfant qui n'a jamais vu le jour. Aux images tendres et colorées qui illustrent la vie telle qu’elle aurait pu être, s'opposent au fil du livre les pages grises et sépia de l'effroyable tragédie."La journée aurait dû commencer très simplement.
Les volets se seraient ouverts. On aurait humé l’air, du haut des balcons.
On aurait enfilé les jupes et les caleçons... préparé la chicorée.
On se serait disputé, ou embrassé.
Mais le 9 juin 1944, un compte à rebours avait débuté quelque part..."

À partir de 10 ans

Quelques pages de l'album 

À FEUILLETER CI-DESSOUS

Bande originale de l'exposition des originaux de cet album (extrait) :

 

Enregistrer

  • Age à partir de 10 ans
  • Hauteur 32 cm
  • Largeur 22 cm
  • Poids 500 g
  • Prix : 15,50 €
  • Type d'ouvrage Album illustré 40 pages couleur
  • Date de parution JUIN 2010

TRIAGE FM 94.5
L'actu du Livre, les Coups de coeur d'Erik Poulet-Reney
Avril 2015

Sur la base des probabilités, la porte est grande ouverte sur l’imaginaire pour la littérature jeunesse. Didier Jean a donné la parole à un enfant, un enfant jamais né mais qui aurait pu naître si l’Histoire avec un grand H lui avait permis, et si le 9 juin 1944, un soldat nazi n’était pas venu arrêter celui qui aurait pu être son père s’il avait eu le temps de rencontrer sa mère… « C’était écrit comme ça », le titre de l’album, trace l’itinéraire fictif d’un enfant, puis d’un ado, enfin d’un adulte, ce qu’aurait pu être son quotidien, son avenir au fil des saisons et des amours, l’échéance d’une vie ordinaire et sereine. Seulement il arrive que le destin bascule et que la vie prenne une direction opposée. Combien de « il était une fois… ? » auraient pu ouvrir le bonheur à tant d’hommes et de femmes si la guerre n’était venue à grands bruits de bottes chasser les belles promesses de vie. Les illustrations de Zad, troublantes de réalisme, de poésie et d’originalité portent au plus prés le texte de Didier Jean. Un très bel album pour la jeunesse et les adultes, autour de la mémoire, pour apprendre à se souvenir en regardant devant, à mieux écouter et entendre pour dégager l’horizon de chaque naissance à venir, d’aujourd’hui et de demain.
« C’était écrit comme ça » de Didier Jean et Zad, conseillé dès 5 ans environ, publié chez 2 Vives Voix.

Erik Poulet-Reney


BLOG LES Z'ATELIERS DE CAROLE
1er février 2015

Impossible de ne pas parler de cet album bouleversant qui raconte la vie d’un enfant qui « aurait dû » être conçu le 9 juin 1944.  Mélange de douceur et d’horreur, de lumière enfantine et de noirceur meurtrière.

Pour découvrir l'intégralité du dossier "La Mort et le Deuil dans les Albums Jeunesse" : http://leszateliersdecarole.com/la-mort-et-de-deuil-dans-les-albums-jeunesse-1/?

Carole Gosselin


l'IBBY
n° 115 - mai / juin 2014

Récit alternant des faits historiques (une description détaillée de ce qui est arrivé à Tulle le 9 juin 1944 est repris en début et en fin d'album) représentés dans des tons gris et ternes et des faits imaginaires (conception d'un enfant si l'Histoire n'était pas intervenu ce jour-là) illustrés de manière colorée et poétique avec l'utilisation du conditionnel.
C'est une façon d'amener les plus jeunes aux réalités de la seconde guerre mondiale par le truchement de faits historiques entrelacés avec des faits imaginaires. Voilà une bien belle façon de susciter le questionnement. À partir de 12 ans.
NJ


NVL
Spécial 200 - n° 199 - mars / avril 2014

La vie d'un enfant qui aurait dû être conçu le 9 juin 1944. C'était écrit comme ça... Mais ce jour-là, à Tulle, celui qui aurait dû être son père a croisé une unité de la division Das Reich. Et la vie s'est arrêtée... 


MES MADELEINES
9 juin 2014
http://mesmadeleines.wordpress.com/2014/06/09/didier-jean-et-zad-cetait-ecrit-comme-ca-editions-2-vives-voix-2010/

Merci aux éditions Utopiques pour cet envoi

06 Juin 1944 : Débarquement en Normandie
07 Juin 1944 : un groupe de maquisards FTP attaque la garnison allemande et libère partiellement Tulle
09 Juin 1944 : une unité de la division blindée SS Das Reich reprend Tulle et arrête 2000 hommes de 17 à 60 ans en représailles. 99 d’entre eux seront pendus, 149 autres partiront en déportation, seuls 48 en reviendront vivants.
10 Juin 1944 : une autre unité de la division Das Reich rejoint et détruit le village d’Oradour-sur-Glane

Cet album est un hommage vibrant, fragile, respectueux aux enfants que ces hommes et ces femmes auraient pu avoir, à la vie heureuse et paisible qu’ils auraient dû mener et dont ils ont été privé.

Mon avis :
Les illustrations en papier de soie froissé, collé et mis en couleur avec des pastels et de l’aquarelle accentuent la nostalgie de ce qui aurait pu/dû être ainsi que la fragilité de la vie et de la paix…


DES LIVRES ET NOUS avril 2012
http://monecole.fr/livres/album/album-cetait-ecrit-comme-ca-cycle-3-college

Cycle 3 - Collège

Un album original qui aborde la résistance de 39-45 sous un angle nouveau. Là, pas d’action éclatante, de sabotage périlleux. Non, simplement la rupture de la vie d’un jeune résistant. C’est fort, c’est dur mais rien de pathétique grâce à une narration qui alterne entre la terrible réalité de cette journée et l’existence imaginaire de l’enfant qui n’a jamais vu le jour.
ux images tendres et colorées qui illustrent la vie telle qu’elle aurait pu être, s’opposent au fil du livre les pages grises et sépia de l’effroyable tragédie. 


GRIFFON 223

Les éditions 2 vives voix se sont installées dans la Corrèze. Normal donc que les auteurs de ce livre se soient intéressés au drame des “pendus de Tulle”. Ils l’ont fait à travers un album très original, plein de retenue mais qui ne gomme nullement le caractère atroce de la mort de 200 habitants de la préfecture de la Corrèze. Marcel et Gaby avaient fait connaissance à un bal clandestin organisé par la Résistance et auraient du concevoir leur fils si les soldats de la division Das Reich n’avaient arrêté Marcel au petit matin. Alternativement dans des couleurs vives et sombres, nous suivons, guidés par ce fils imaginaire, la belle vie qui, on l’imagine, aurait été celle de Marcel et Gaby et la dure réalité de l’arrestation, du choix aléatoire du sort des prisonniers, et de la pendaison de Marcel avec 98 de ses camarades. 149 autres furent déportés dont seulement 48 sortirent vivants de l’enfer. Zad et Didier Jean se sont entourés des conseils et des souvenirs des personnes et associations qui entretiennent la mémoire des évènements du 9 juin 1944, s’assurant ainsi qu’ils ne trahissaient pas l’Histoire. Un livre illustré par les magnifiques tableaux peints par Zad  accompagnés d’un texte sobre mais percutant de Didier Jean. Une préface et une postface pour replacer l’évènement dans l’Histoire.

JEAN BIGOT


LE PATRIOTE RÉSISTANT
Mars 2011 (N°851)

Pour les adolescents, mais pas seulement… cet album aux belles illustrations évoque avec une grande délicatesse la tragédie du 9 juin 1944 à Tulle en Corrèze : les Waffen SS de la division Das Reich reprennent la ville libérée par les FTP le 7 et exercent des représailles aveugles : 99 hommes sont pendus et 149 partiront en déportation, seuls 48 en reviendront.

Marcel et Gaby auraient dû se marier en septembre, ils auraient dû avoir deux enfants, leur fils aurait dû étudier les sciences… « C'était écrit comme ça ». Mais c'était sans compter avec l'arrivée de la division Das Reich à Tulle. Marcel fait partie des 99 qui sont désignés pour être pendus. Le récit alterne entre ce qui aurait dû arriver et ce qui se passa réellement et, sans aucun pathos, fait facilement comprendre la tragédie. À la fin de cet album très réussi un texte bref retrace le contexte historique.

Irène MICHINE


LE NOUVEL ÉDUCATEUR 
Février 2011 (N°201)

C'est l'histoire d'un enfant qui aurait dû être conçu le 9 juin 1944 mais la vie en a décidé autrement. Ce jour-là, son père a croisé une unité de la division Das Reich. Et la vie s'est arrêtée…

Le récit alterne entre l'histoire, la vraie, et celle imaginée par cet enfant qui n'a pas vu le jour. Les illustrations sont chacune un tableau. Aux images colorées de la vie rêvée s'opposent les pages gris sépia de l'effroyable réalité.
Un beau livre sur l'atrocité de la guerre et sur le destin.
Les éditions 2 Vives Voix sont une toute jeune maison d'édition.

Marguerite BACHY


NOV Fm 93.1 
Samedi 9 juin 2012

Chronique littérature jeunesse "Tu l'as lu dis ?" de Carole GOSSELIN


LES Z'ATELIERS DE CAROLE 25 avril 2012

http://www.leszateliersdecarole.com/biblio-des-z-ateliers/titres/ctait-crit-comme-a

Un thème osé
Un album courageux qui raconte la vie d’un enfant qui « aurait dû » être conçu le 9 juin 1944.Un thème osé, magnifiquement raconté et illustré. En découvrant la vie qu'aurait pu avoir cet enfant et la terrible réalité de la guerre, j'étais glacée. Mélange de douceur et d'horreur, de lumière enfantine et de noirceur meurtrière. Un album que je conseille aux enfants du CM, mais également aux adolescents et aux adultes.


INTER CDI n° 236 - RUBRIQUE SUGGESTIONS
Mars - avril 2012

Très bel album des éditions 2 Vives Voix donnant la parole à un enfant qui raconte la vie de famille simple et heureuse avec son père et sa père... Sauf que cet enfant n'est jamais né : les allemands ont emmené son père le 9 juin 1944, jour où il aurait dû être conçu. Album touchant au texte simple, sensible et aux illustrations justes.Conviendra aux collégiens.


L'ECHO CORREZE 
Jeudi 3 Juin 2010

Il aura fallu une dizaine d'années à Didier JEAN et ZAD pour parvenir à raconter, dans un livre pour enfant, le déroulement de la journée qui a marqué Tulle, le 9 juin 1944. (…)

« C'était écrit comme ça » est un livre poignant. Destiné au départ aux enfants à partir de 10 ans. Il touche en fait un public sans limite d'âge, même si pour beaucoup, il paraît nécessaire d'accompagner les enfants dans la lecture. L'inauguration des illustrations originales fut très émouvante, une présentation sur une musique composée spécialement par Didier JEAN. Interprétée par lui-même au piano, Olivier PAYRAT à la vielle et Sandra BERTHUMEYRIE à l'accordéon, avec la douce voix parlée de Dorian JEAN. Les 10 minutes de silence accompagnant la musique sonnaient comme une acceptation du travail fourni par les auteurs. L'histoire de Tulle va désormais dépasser la Corrèze, entrer dans les écoles, collèges et familles, grâce à ce récit accessible à tous.

Juliette JAUREGUY


CORREZE MAGAZINE 
Mai 2010 N° 79

Une autre vision du 9 juin 1944

Le destin d’un homme qui n’est pas né.

Le drame du 9 juin 1944 à Tulle a déjà fait l’objet de nombreux ouvrages historiques, d’expositions, de conférences, parfois de polémiques. Peu nombreux, toutefois, sont les livres s’adressant aux enfants. C’est à cette délicate et indispensable tâche que Didier Jean et Zad, couple à la ville comme à l’atelier, se sontattelés. «L’idée nous avait été soufflée il y a déjà pas mal de temps, explique Zad.
Mais il nous fallait trouver le bon angle pour à la fois respecter les faits historiques et toucher un jeune public». Et puis c’est venu... Les auteurs ont pris le parti de narrer, à la première personne du singulier, l’histoire d’une vie qui aurait dû se dérouler banalement, avec ses peines et ses joies. Le destin, la guerre, la Das Reich en ont décidé autrement.
Une page sur deux, cette vie virtuelle fantasmée par un homme qui n’est jamais né est accompagnée de dessins aux couleurs vives et chatoyantes. Chacune de ses étapes s’achève par un faussement prémonitoire «C’était écrit comme ça...».
Oui mais... Cette journée du 9 juin 1944 a changé le cours de bien des histoires. Colorées en sépia, les illustrations de la partie historique de cet ouvrage rendent compte avec pudeur et tact des heures de cette journée qui a tout changé.
Avant de se lancer dans cette aventure, Didier Jean et Zad ont rencontré de nombreux fils et filles de martyrs, dont Janine Picard et Pierre Diederichs. Ce dernier signe d’ailleurs la préface de l’ouvrage.

S’adressant aux enfants à partir de 10 ans, le livre s’achève par un rappel des faits et du contexte historique.

Thierry MAZAUD


LA MONTAGNE
25 Avril 2010 N° 79

LE DRAME D'UNE VILLE RACONTÉE EN IMAGES (extrait)

Le sujet était sensible. Mais l'évocation du tragique épisode, habilement narrée à travers deux histoires qui s'entrecroisent, a donné naissance à une œuvre poignante.
Une phrase qui se répète au fil des pages, entêtante comme l'obsession d'un espoir brisé : « C'était écrit comme ça ». Dans l'album du même nom, l'auteur Didier JEAN et l'illustratrice ZAD, racontent la vie d'un enfant qui aurait dû être conçu le 9 juin 1944. Mais l'homme qui aurait dû devenir son père a croisé, en ce funeste jour, la route de la 2ème division SS Das Reich.
L'album met en scène, à travers une narration habile, deux histoires. La vie de ce fils qui n'a pas vu le jour, est mise en parallèle avec le déroulement du drame, qui a vu son père, comme bien d'autres, être exécuté par les troupes allemandes. « Et la vie s'est arrêtée. »
(…) Les épisodes de la vie rêvée de l'enfant sont narrés sur des doubles pages illustrées par Zad. Les couleurs y sont chaudes  tandis que chaque évocation de la journée du 9 juin sont aux couleurs sépias. Ce choix graphique permet au lecteur de ne pas se perdre dans l'alternance des deux histoires.(...)

Jean-Baptiste DOS RAMOS


LE PATRIOTE RÉSISTANT 
Mars 2011 (N°851)

Pour les adolescents, mais pas seulement… cet album aux belles illustrations évoque avec une grande délicatesse la tragédie du 9 juin 1944 à Tulle en Corrèze : les Waffen SS de la division Das Reich reprennent la ville libérée par les FTP le 7 et exercent des représailles aveugles : 99 hommes sont pendus et 149 partiront en déportation, seuls 48 en reviendront.

Marcel et Gaby auraient dû se marier en septembre, ils auraient dû avoir deux enfants, leur fils aurait dû étudier les sciences… « C'était écrit comme ça ». Mais c'était sans compter avec l'arrivée de la division Das Reich à Tulle. Marcel fait partie des 99 qui sont désignés pour être pendus. Le récit alterne entre ce qui aurait dû arriver et ce qui se passa réellement et, sans aucun pathos, fait facilement comprendre la tragédie. À la fin de cet album très réussi un texte bref retrace le contexte historique.

Irène MICHINE


Cliquez sur l'image pour l'agrandir !

LA PETITE BOULANGERE

Tulle, le 9 juin 1944, veille d’Oradour.

Un silence de mort.

La porte de la Manu est fermée derrière les derniers groupes d’hommes arrêtés dans la fouille de la ville de Tulle.

Rien ne bouge, sauf le sous-officier nazi qui, furieusement, se démène devant la porte de la Manu et de temps en temps s’arrête et se met en position de tir.

Cinq à six cents jeunes en uniforme bleu-marine sont alignés sur une des faces de la place.

Et puis, brusquement, dans la ruelle à gauche de la porte, retentit un pas joyeux. C’est une jeune fille, toute souriante, qui arrive, portant un grand panier rempli de miches de pain.

Le sous-officier nazi s’agite et vocifère. J’ai brusquement peur pour elle et lui crie :

« Mademoiselle, ne continuez pas, vous voyez, il va vous descendre. Arrêtez vous, faites demi-tour, et surtout sans courir, repartez ! »

Elle m’obéit.

Le sous-officier nazi lâche la rafale de sa mitraillette à sa droite…

La journée n’était pas terminée pour les jeunes. Une haie d’honneur devant les 99 otages pendus, le recueil de leurs corps, leur inhumation simplifiée dans le dépôt d’ordures de la ville.

Et puis, quelques jours très durs. Et enfin la joie de vivre…

Merci, petite boulangère, du seul sourire de cette journée d’horreur et de mort.

Henri Brosseau,

Malzéville, 1980

Texte reproduit avec l'aimable autorisation de sa fille Sylvaine Brosseau.

Livres à découvrir

  • Les Jours noisette

  • Paris-Paradis (Deuxième partie)

  • Paris-Paradis (Première partie)

  • Envole-toi !

  • Zoum chat de traîneau

  • N'oublie jamais que je t'aime

  • Les 5 Poches

  • Les Larmes de Lisette

  • Le Magasin de souvenirs

  • Les Artichauts

  • Pimpon

  • Comme deux confettis

  • Parle-moi Papa

  • L'Heure des mamans

  • Mais quelle idée !

  • Mon Extra grand frère

  • TOUS LES CAUCHEMARS ONT PEUR DES BISOUS

  • Petite Miss

  • Le Plus beau jour de ma vie

  • Paris-Paradis (Troisième partie)

  • La Musique de Rose

  • Papi Chocolat

  • Les Mots d'Enzo