N'oublie jamais que je t'aime

Un album écrit et illustré par Didier JEAN et ZAD

C’est l’heure du conte pour la classe
de Maîtresse Amandine. Hélène
la bibliothécaire commence à lire…

Code EAN : 9782953373950

More details

15,50€

C’est l’heure du conte pour la classe de Maîtresse Amandine. Hélène la bibliothécaire commence à lire, mais les enfants ont besoin de parler et des mots doux comme des coeurs jaillissent des petites bouches.
- Moi c’est Bouille à bisous !… Moi c’est Petite Crapule !… Et moi Princesse Choupinette...
Seul Valentin ne dit rien. Chez lui, les mots doux ont disparu. Il ne reste que les mots durs qui l’enferment et qui l’étouffent...
Cet album aborde le thème de la violence verbale avec tendresse et pudeur. Il nous rappelle que les difficultés de la vie nous font parfois oublier d’être attentifs à nos proches. Et témoigne qu’on ne leur dit jamais assez
combien on les aime.

À partir de 5 ans

Quelques pages de l'album 

À FEUILLETER CI-DESSOUS

  • Age à partir de 4 ans
  • Hauteur 32 cm
  • Largeur 22 cm
  • Poids 500 g
  • Prix : 15,50 €
  • Type d'ouvrage Album illustré 40 pages couleur
  • Date de parution MARS 2011 - RÉÉDITION 2013

l'IBBY
n° 115 - mai / juin 2014 

C'est l'heure du conte pour la classe de Madame Amandine. Ils se rendent à la maison aux histoires pour écouter Hélène, la bibliothécaire leur raconter l'histoire d'un petit ourson que sa maman appelle "mon trésor". Chacun des enfants veut alors faire partager aux autres les petits mots doux utilisés par leurs parents, que ce soit "mon canard en sucre", ou "petit monstre", ou encore "bouille à bisou". Tous les enfants sont heureux de partager ces mots doux sauf Valentin, qui ne dit rien et finit par avouer que sa maman a oublié les mots doux et qu'elle ne dit que des mots durs.
Les difficultés du quotidien rendent parfois impossible toute forme de communication non violente entre une maman (ou un papa) et son enfant. Il importe donc à chacun d'être attentif aux autres et d'essayer de ne jamais oublier de leur témoigner notre amour. Cet album est destiné aux enfants à partir de 5 ans et les illustrations aux couleurs douces atténuent le propos parfois très dur.
À partir de 5 ans.
NJ


ENCRES VAGABONDES
28 Octobre 2013
http://www.encres-vagabondes.com/magazine2/bisous_de_famille.htm


Maîtresse Amandine raconte une histoire aux enfants de sa classe : Il était une fois une maman ourse qui vivait avec son ourson dans une roulotte au fin fond de la forêt. Elle l'aimait tant qu'elle l'appelait mon trésor… ?Chaque enfant énonce les petits noms que les parents ont trouvés pour eux : Petite Crapule ! Mon canard en sucre… Chaque petit mot est en couleur dans l'album. Seul Valentin ne dit rien puis se met à pleurer : Ma maman, elle a oublié les mots doux… Elle dit que des mots durs ! Les enfants et la maîtresse vont consoler Valentin de bien belle manière. ?Les personnages sont représentés par des chats ce qui renforce le côté douceur de la caresse des mots soyeux comme une fourrure. La maman de Valentin va redécouvrir la soie des mots grâce à maîtresse Amandine très à l'écoute de la souffrance que peuvent ressentir ses élèves. Les illustrations toujours aussi colorées et pleine page traduisent bien l'évolution des personnages.

Brigitte AUBONNET


L'ECOLE DES PARENTS 
Novembre Décembre 2012

Mon trésor, petit monstre, toutouille, p'tit pou, boubou, saucissette..., ils en ont des jolis p'tits noms, à la maison, les enfants de la classe de Maîtresse Amandine. Mais, chez Valentin, point de mots doux ; sa maman est si fatiguée qu'elle n'a plus que des mots durs, des mots tout noirs qui étouffent. Une belle histoire, simple et émouvante, portée des dessins d'une infinie tendresse.

Peggy Pircher


DES LIVRES ET NOUS
Avril 2012
http://monecole.fr/livres/cycle-1/album-noublie-jamais-que-je-taime-cycle-1-cycle-2

Cycle 1-  Cycle 2

Cet album de la toute jeune maison d’édition « 2 vives voix » créée par les auteurs-illustraturs Didier Jean et ZAD est un vrai petit bijou. Il permet de délier la parole des plus petits (mais j’ai aussi vu des CM habitués à lire des albums fondre littéralement à sa lecture). C’est simple, c’est juste et les illustrations sont craquantes…
ll nous rappelle que les difficultés de la vie nous font parfois oublier d’être attentifs à nos proches. Et témoigne qu’on ne leur dit jamais assez combien on les aime.


LES MATERNELLES - FRANCE 5 
28 février 2012
http://les-maternelles.france5.fr/?page=emission&id_rubrique=4250

Super chronique dans l'émission du 28/02/2012 sur la confiance en soi.
Nathalie Le Breton commence par dire » superbe livre de Didier Jean et Zad aux éditions 2 Vives Voix » puis raconte l’histoire en montrant le livre !


DÉLIVRER DES LIVRES 
4 février 2012
http://delivrer-des-livres.fr/ronde-des-albums/

Les mots doux, les mon coeur, ma puce, mon chaton, les enfants en rafolent et ils en connaissent tous. Tous ? Pas si sûr. Dans ce petit album très joli et coloré pour enfant, où les animaux sont personnifiés, ce thème est traité avec brio. Alors que tous les enfants de la classe partage leurs mots doux, Valentin reste dans son coin. Sa maman ne connait que des mots durs. Des mots noirs comme des corbeaux.

Parce que parfois certains enfants ne sont pas aimés comme les autres, par fatigue, négligence… Ce livre donne surtout un merveilleux réservoir de mots doux, à appréhender, partager, caresser… à utiliser surtout ! Un bel album sur l’amour en général et les relations parents enfants.


NOTES BIBLIOGRAPHIQUES
Décembre 2011 - 3/6 ANS

A la bibliothèque, dès que Hélène, la cigogne conteuse, commence l'histoire de l'ourson que sa maman appelait « mon trésor », les enfants se mettent, dans un joyeux brouhaha, à évoquer les surnoms tendres que leurs donnent leurs parents. Tous sauf Valentin qui se met à pleurer et cracher les mots durs qui sortent de la bouche de sa maman. Ses camarades le consolent, ensuite tout s'arrangera dès que la maîtresse aura parlé avec la maman.

Parmi les grandes et joyeuses illustrations colorées de Zad et sa ribambelle d'animaux à l'anthropomorphisme réussi, la violence de l'image des oiseaux noirs qui s'échappent de la bouche de Valentin illustre le désarroi, la douleur cachée d'un petit enfant confronté à la dureté d'une mère déboussolée. Le happy end et sa chute toute en amour et tendresse soulignent combien il est important pour les enfants d'être rassurés.


DERNIÈRES NOUVELLES D'ALSACE
Mercredi 7 décembre 2011

SÉLECTION DES LIVRES DANS LA HOTTE

À la bibliothèque, avec maîtresse Amandine, les enfants racontent tour à tour les petits noms que leurs donnent leurs parents à la maison : « choupinette », « poussin », « petite crapule ». Mais Valentin ne dit rien. Et même, il se met à pleurer... Un album tout en douceur pour se souvenir de dire à ceux qu'on aime… qu'on les aime.

Pour des petits cœurs à partir de 4 ans.

Charlotte DORN


LE JOURNAL DE L'ANIMATION 
Novembre 2011 (n° 123)

Voilà plusieurs années que Didier JEAN et ZAD déploient leurs talents à quatre mains pour nous proposer des histoires qui nous touchent parce qu'elles racontent avec talent ce qui fait nos relations au quotidien. Il est question cette fois du petit nom que donnent les parents à leurs enfants dans l'intimité. Et l'on s'aperçoit que dans cette histoire féline (les deux créateurs ont recours à l'anthropomorphisme : les protagonistes sont des animaux), l'un des enfants ne reçoit que des mots durs et aucun mot doux. La conclusion du récit est alors de faire comprendre que l'on ne dit jamais assez à ses enfants combien on les aime. Un bel album à partager et qui pourra révéler de tendres intimités : « Tes parents à toi, ils t'appelaient comment quand tu étais petit ? ».

Pierre LECARME


GRIFFON 
Septembre / Octobre 2011 (N°228)

Valentin est bien triste : Alors que tous ses camarades ont des petits noms qui leur sont donnés à la maison, lui n'en a pas et sa maman ne dit que des mots « durs ». La maîtresse connaît bien la maman de Valentin qui arrive souvent la dernière, fatiguée de sa journée de travail. Elle lui raconte ce qui s'est passé et le soir tout va mieux à la maison : la maman a compris combien il est important de dire et répéter que l'on aime… Le texte de Didier JEAN s'est construit autour des mots doux « récoltés » lors d'une rencontre avec les enfants du CP de Saint-Éloi-de-Gy au salon du livre de Bourges. Zad nous présente cette classe multiculturelle qui rassemble toutes sortes d'animaux autour de la maman singe. Elle utilise au maximum les pages de cet album grand format (225 x 330) pour placer des illustrations hautes en couleurs.

Jean BIGOT

Livres à découvrir

  • Les Jours noisette

  • Paris-Paradis (Deuxième partie)

  • Paris-Paradis (Première partie)

  • Envole-toi !

  • C'était écrit comme ça

  • Zoum chat de traîneau

  • Les 5 Poches

  • Les Larmes de Lisette

  • Le Magasin de souvenirs

  • Les Artichauts

  • Pimpon

  • Comme deux confettis

  • Parle-moi Papa

  • L'Heure des mamans

  • Mais quelle idée !

  • Mon Extra grand frère

  • TOUS LES CAUCHEMARS ONT PEUR DES BISOUS

  • Petite Miss

  • Le Plus beau jour de ma vie

  • Paris-Paradis (Troisième partie)

  • La Musique de Rose