Le Magasin de souvenirs

Un album écrit par
Jeanne TABONI MISERAZZI
Didier JEAN & ZAD
Illustré par ISALY

* PRIX des Petites Pages 2012 de VAUX-LE-PÉNIL (77)

* Retenu dans le cadre de la sélection 2013 du PRIX JE LIS J'ÉLIS
(BDP HAUTE-VIENNE)

* Inclus dans la sélection des ouvrages 2012 
par l'association LIRE ET FAIRE LIRE

Code EAN : 9782953373998

More details

15,50€

Célia a tissé avec son arrière-grand-mère, Mamine, des liens très forts. Lorsque celle-ci commence à perdre la mémoire, la petite fille découvre que l’on peut oublier même ceux que l’on aime. Alors une nuit, elle rend visite à Mme Sognia qui tient le magasin de souvenirs. Le parchemin couvert d’écritures que déroule la marchande permettra-t-il à la vieille dame de retrouver son passé ?

Basé sur une idée originale de Jeanne TABONI MISÉRAZZI, et réécrit par Didier JEAN et ZAD. Ce texte poétique aborde un sujet auquel les enfants peuvent se trouver confrontés : la maladie de leurs grands-parents. L’image du magasin de souvenirs que la petite Célia, entre rêve et réalité, prend au pied de la lettre, permet de mettre des mots sur cette maladie de l’oubli. En consignant les souvenirs de Mamine, la petite fille partage aussi avec sa grand-mère son passé et devient elle-même dépositaire de ces histoires qu’elle pourra transmettre.

Une jolie façon de dire que les enfants doivent également apprendre à profiter de cette richesse, quand il en est encore temps.

ISALY a mêlé la mine graphite (critérium), les encres aquarelles et les crayons de couleurs, pour créer des illustrations douces et oniriques.

À partir de 6 ans

Quelques pages de l'album 

À FEUILLETER CI-DESSOUS

  • Age à partir de 6 ans
  • Hauteur 32 cm
  • Largeur 22 cm
  • Poids 500 g
  • Prix : 15,50 €
  • Type d'ouvrage Album illustré 40 pages couleur
  • Date de parution JANVIER 2012

LE JOURNAL DE L'ANIMATION
Avril 2013 

Les albums pour enfants ont pour particularité de traiter tous les sujets de société. Et il faut du talent, de la réflexion, et de l'intelligence pour que l'ouvrage ne devienne pas trop didactique. La pédagogie moralisatrice ou ennuyeuse n'est plus de la pédagogie ! Il est question ici de cette terrible maladie d'Alzheimer, qui peut tous nous atteindre et faire que ceux que nous aimons semblent progressivement s'échapper totalement de ce qu'ils étaient. L'écorce de l'arbre est encore là, mais il ne donne plus de fleurs et la sève semble disparaître progressivement. (…) Tant dans l'écriture que dans les choix graphiques et la mise en couleurs, le récit fonctionne très bien avec une échappée par le rêve. Encore une belle réussite de cette petite maisons d'édition qui poursuit vaillamment sa route. 

Pierre LECARME


LE LIVRE ET L'ÉCOUTE
Avril 2013 

C'est un album où l'on aborde de façon très douce et pourtant sans faux semblant la dure réalité de la maladie d'Alzeihmer.
Célia aime beaucoup son arrière-grand-mère, Mamine, mais un jour cette dernière bascule dans la maladie.
C'est un gros choc pour la petite fille qui ne comprend pas comment une mamie aimante n'arrive plus à reconnaitre ceux qu'elle aime.
L'auteur accompagne le lecteur dans le douloureux parcours de la maladie.
Célia, elle va dérouler la vie de Mamine pour lui raconter et en laisser la trace.
De jolies illustrations, douces et gaies.
A la fin, l'auteur explique avec des mots simples et accessibles.
C'est un album d'une grande actualité où l'on traite ce sujet avec tact et même poésie.

Avis : Indispensable

Patricia ROUSSEAU - Orthophoniste Sessad André Larcher - Les Mureaux

Membre du " Livre et l'Ecoute " : groupe de travail sur le livre pour la jeunesse. Aubervilliers.


NANTES Livres Jeunes
Mars 2013 

La petite Célia est très proche de son arrière-grand mère Mamine qui partage avec elle tous ses souvenirs d'enfance. Mais un jour, la maman de Célia lui apprend que sa Mamine est en quelque sorte malade : elle perd de plus en plus la mémoire et pourrait un jour ne pas les reconnaître. Célia est très peinée de voir que son arrière-grand-mère change effectivement. Une visite onirique à la boutique de souvenirs du village va lui permettre de trouver un moyen de rassembler les souvenirs de Mamine pour maintenir le  lien très fort tissé entre elles.

Un album qui aborde simplement le thème de la maladie d'Alzheimer et se termine sur une note d'espoir, non pas quant à la guérison des personnes atteintes mais quant au maintien des relations avec leurs proches. Il est complété par une note des auteurs sur le syndrome, le tout étant tout à fait accessible aux enfants accompagnés de leurs parents.

Une histoire tout en douceur, sentiment étayé par les illustrations au crayon et à l'encre d'Isaly, lesquelles habillent l'intégralité des pages du livre de rondeurs et de couleurs pastel un peu passées, à l'image de la mémoire de Mamine.

Appréciation : Bon livre

Corelle GUENNO


LIRE ET FAIRE LIRE Sélection 2012  

En consignant les souvenirs de sa grand-mère, la petite fille partage avec elle son passé. Une jolie façon pour les enfants de profiter de cette richesse, quand il en est encore temps. Un thème fort et actuel traité sans désespoir et avec beaucoup de délicatesse !


L'INFIRMIÈRE LIBÉRALE MAGAZINE 2012

Mémoire

Avec l'aide avisée du mystérieux magasin de souvenirs du coin de la rue, Mamine ira mieux... Un très bel album pour mieux comprendre et accepter l'Alzheimer, cet intrus qui s'invite dans les familles.

chronique tenue par Candice Moors et Christine Fontaine


LA LETTRE DU LIMOUSIN 
mai 2012

Ce texte poétique aborde un sujet auquel les enfants peuvent se trouver confrontés : la maladie de leurs grands-parents. L'image du magasin de souvenirs que la petite Célia va découvrir, permet de mettre des mots sur cette maladie de l'oubli. En consignant les souvenirs de Mamine, la petite fille partage aussi avec sa grand-mère son passé et devient elle-même dépositaire de ces histoires qu'elle pourra transmettre.


NOV Fm 93.1 
samedi 17 mars 2012

Chronique littérature jeunesse "Tu l'as lu dis ?" de Carole GOSSELIN  


Li&Je 
2 avril 2012

http://iufm.univ-lyon1.fr/lietje/?p=2375

UN DÉROULEUR DE SOUVENIRS...

Par Chantal Magne-Ville

La plongée dans les souvenirs d’enfance est au cœur de ce tendre album, avec l’histoire attachante de Célia et de son arrière grand-mère, Mamine. Lors d’une incursion au grenier, la petite fille a découvert un coffre à jouets et désormais, à chaque visite, un objet fait resurgir anecdotes et souvenirs d’enfance de l’arrière grand-mère. La connivence entre les deux est perceptible. Hélas, sa mère lui apprend un jour que cette dernière perd parfois la mémoire.

Le magasin des souvenirs qui appartient à la collection bien nommée Bisous de famille , a un format élégamment étiré sur la verticale qui attire immédiatement le regard par une palette originale où se détachent des visages empreints de douceur. Mais c’est d’abord le choix du  thème, encore assez  rarement abordé avec les très jeunes enfants, que l’on retient : celui du lien intergénérationnel, non pas avec les grands-parents mais avec les arrière-grands-parents. De même que dans le petit roman Mon cœur n’oublie jamais d’Agnès De Lestrade, destiné à des plus grands, l’histoire séduit et évite avec bonheur l’écueil du didactisme que le petit encart final sur la maladie d’Alzheimer aurait pu laisser craindre.

Le texte aborde très simplement et directement la question de la perte de mémoire et de la dépendance, à travers le point de vue de la fillette, tout en offrant une réparation symbolique  étonnante, avec la trouvaille heureuse de Madame Sognia, sorte de fée contemporaine, capable de conserver la trace des souvenirs de chacun dans ses parchemins, ce qui permet un renversement des rôles. Désormais ce sera la fillette qui aidera son arrière-grand-mère à retrouver ses souvenirs. Quant au motif du grenier, où chaque jouet retrouvé ranime le passé et ses jeux, il est plus convenu mais demeure efficace. Il faut dire que le texte est remarquablement servi par une illustration toute en nuances sur un papier épais qui magnifie les couleurs. Le trait s’étire dans une esthétique un peu japonisante, avec des visages blanchis et agrandis, légèrement étirés, où la moindre mimique donne à voir la sensibilité du personnage, et met en évidence les regards. La construction des images est particulièrement efficace avec notamment des contre plongées étonnantes pour illustrer les méandres de la mémoire. Sur un fond d’aquarelle, les rehauts de couleur sont du plus bel effet. Un album au message profond, qui pacifie autant les petits que les grands, sans doute accessible dès 5 ou 6 ans, mais que l’on comprendra mieux en prenant de l’âge.


CORREZE MAGAZINE 
mars 2012

«Le magasin de souvenirs» s’appuie sur un sujet grave : la maladie d’Alzheimer. Le sujet est abordé à travers l’histoire d’une petite fille, Célia, qui partage avec sa grand-mère bribes de souvenirs et passé. L’enfant deviendra dépositaire de cette mémoire et pourra la transmettre à son tour.

Dans «Les 5 poches», la transmission et l’héritage sont aussi au cœur de l’histoire. Un petit garçon est fasciné par les 5 poches ornant la longue jupe de sa mère. Quels secrets renferment-elles ? Adulte, le jeune garçon héritera du contenu de ces poches maternelles et en tirera plusieurs leçons de vie essentielles. Narré à la première personne, le livre s’apparente à un conte initiatique éclairant avec sensibilité le passage à l’âge adulte.

Ces deux œuvres s’inscrivent dans la continuité de l’œuvre de Didier Jean et Zad, entre gravité et légèreté, le chatoiement des couleurs heurtant harmonieusement la rigueur des mots.


LE PETIT MONDE D'ALAïS 
9 mars 2012

Un remarquable album, basé sur une idée originale de Jeanne Taboni Mizérazzi et réécrit par Didier Jean & Zad,  qui aborde avec finesse un sujet auquel les enfants peuvent se trouver confronter : la maladie de l'un de leur proche. Et ici plus particulièrement celle dont souffrent de nombreuses personnes âgées: la maladie d'Alzheimer.
a petite Célia est très complice avec Mamine, son arrière-grand-mère, qui lui raconte souvent ce qu'elle faisait quand elle était enfant. Elle a du reste gardé de vieux jouets  dans un grande malle au grenier Un jour, Célia apprend par sa maman que Mamine perd de plus en plus la mémoire, au point qu'un jour où l'autre , il pourrait arriver qu'elle ne se souvienne plus de sa famille. La petite Célia a beaucoup de mal à comprendre " Comment Mamine peut -elle m'oublier, elle qui m'aime tant? " Alors, Célia n"arrive plus à s'endormir. Elle voudrait aider Mamine et décide de faire appel à Sognia, la marchande de souvenirs qui lui donne un rouleau de papier, retenu par un ruban...

 "L’image du magasin de souvenirs que la petite Célia, entre rêve et réalité, prend au pied de la lettre, permet de mettre des mots sur cette maladie de l’oubli. En consignant les souvenirs de Mamine, la petite fille partage aussi avec sa grand-mère son passé et devient elle-même dépositaire de ces histoires qu’elle pourra transmettre. Une jolie façon de dire que les enfants doivent également apprendre à profiter de cette richesse , quand il est encore temps " (éditeur).

A la fin du livre, on trouve un texte expliquant aux enfants ce qu'est cette maladie d'Alzeihmer

Les textes sont emplis de tendresse et les auteurs ont su parfaitement exprimer le regard qu'un enfant peut avoir sur cette maladie, si difficile à admettre. Les illustrations douces et oniriques d'Isaly sont réalisées à la mine graphite,  aux encres aquarelles et aux crayons de couleur.
Un gros coup de coeur !

Cliquez sur l'image pour l'agrandir !

Livres à découvrir

  • Les Jours noisette

  • Paris-Paradis (Deuxième partie)

  • Paris-Paradis (Première partie)

  • Envole-toi !

  • C'était écrit comme ça

  • Zoum chat de traîneau

  • N'oublie jamais que je t'aime

  • Les 5 Poches

  • Les Larmes de Lisette

  • Les Artichauts

  • Pimpon

  • Comme deux confettis

  • Parle-moi Papa

  • L'Heure des mamans

  • Mais quelle idée !

  • Mon Extra grand frère

  • TOUS LES CAUCHEMARS ONT PEUR DES BISOUS

  • Petite Miss

  • Le Plus beau jour de ma vie

  • Paris-Paradis (Troisième partie)

  • La Musique de Rose

  • Papi Chocolat

  • Les Mots d'Enzo

  • Pour toute la vie