Les Larmes de Lisette

Un album écrit et illustré
par Sandrine KAO

Depuis qu’elle est petite,
Lisette pleure sans cesse.
À défaut de retenir ses larmes,
la fillette utilise des bocaux
pour les contenir...

Code EAN : 9782953373967

More details

15,50€

... Et elle remarque qu’une fois les flacons refermés, elle ne verse plus de larmes pour ces raisons-là.

Les moqueries d’André, aucun pleur. Les gronderies de sa mère, pas même un cri. Les bobos, même pas mal...

Au fil de la vie et de ses soucis, la collection de bocaux s’agrandit. Un seul reste vide, le plus beau, celui qui attend ses larmes de joie… Ce jour viendra et, devenue grand-mère, Lisette consolera les enfants tristes qui pleurent comme elle autrefois.

À partir de 6 ans

Quelques pages de l'album 

À FEUILLETER CI-DESSOUS

  • Age à partir de 6 ans
  • Hauteur 32 cm
  • Largeur 22 cm
  • Poids 500 g
  • Prix : 15,50 €
  • Type d'ouvrage Album illustré 40 pages couleur
  • Date de parution AVRIL 2011

CRITIQUES LIBRES
Avril 2014

"Les larmes de Lisette" est un album qui est remarquable par la qualité de ses illustrations qui occupent une page sur deux et même une petite partie de la page de texte en lui ajoutant le dessin d'un objet. Le rendu est fort proche de ce que pourrait produire en formes un peu moins courbes un enfant de dix ans doué pour le dessin. Sandrine Kao se distingue de plus par son sens ici de la mise en scène, variant à loisir les angles de vue et les cadrages qui permettent de mettre en valeur son héroïne. 

Une petite fille pleure sans cesse et décide de remplir des bocaux avec ses larmes, bocaux qui contiennent un objet à la portée de sa main lorsqu'elle a finit de pleurer. Voilà de quoi alimenter une collection originale ! Ceci dure jusqu'à son mariage et c'est lorsqu'elle est devenue grand-mère qu'elle va trouver un usage inattendu de ses bocaux. 

Incontestablement cet album permet d'aborder de façon détaché la question de ce qui fait pleurer un enfant mais aussi de réfléchir sur les souvenirs que nous laissera notre enfance. (…)

Jules ROMAN


ENCRES VAGABONDES
28 Octobre 2013
http://www.encres-vagabondes.com/magazine2/bisous_de_famille.htm

Cet album très poétique évoque une petite fille qui pleure beaucoup et ne sait pas où laisser tomber ses larmes. Elle va chercher un bocal pour les contenir et, ensuite, collectionne ces réceptacles : Et elle remarqua qu'une fois les bocaux refermés, elle ne versait plus de larmes pour ces raisons-là. Les moqueries d'André, aucun pleur. Les gronderies de sa mère, pas même un cri. Les bobos, même pas mal… ?Lisette va grandir et devenir grand-mère : Très vite, la rumeur se répandit que mémé Lisette avait sur ses étagères des bocaux magiques, des bocaux qui rendaient le sourire aux enfants tristes. ?Un texte chargé de délicatesse et d'émotion pour parler des larmes. Les illustrations, couleurs pastel, sont chargées de douceur.

Brigitte AUBONNET


LA MARE AUX MOTS
Mars 2012

http://lamareauxmots.com/blog/?p=4450

Les Larmes de Lisette est également plein de douceur et de délicatesse. Pas de précipitation ou d’événements rocambolesques dans cette belle histoire écrite et illustrée par Sandrine Kao.

En grande sensible (pour ne pas dire que je pleure pour tout et rien), cet album m’a particulièrement touchée. Depuis petite, Lisette pleure sans cesse. On dit d’elle que c’est une fontaine, et je pense que certains enfants se reconnaîtront dans ce personnage qui a la larme facile pour les petits comme les grands soucis de la vie. Certains crient, d’autres boudent, eux pleurent, c’est un moyen comme un autre de vivre les émotions parfois fortes de l’existence. Pour en revenir à Lisette, elle est tout de même particulièrement triste. Plutôt que de se laisser envahir par ses larmes, elle décide de les récolter dans de petits bocaux de verre. A chaque fois, elle y ajoute une touche de couleur, un objet, une fleur, pour embellir son chagrin. Elle garde cette habitude, grandit, et les bocaux aussi…Je n’ai pas envie de tout vous révéler de cette délicate histoire. Je vous laisse le soin de découvrir la suite.
Sachez tout de même que les mots de Sandrine Kao se font à la fois discrets et forts, et que l’émotion et les larmes ne sont jamais très loin, même chez le lecteur…Les illustrations sont elles aussi très sensibles, mélangeant le collage et le crayon, pour arrondir les traits et les émotions de ces personnages pleins de chagrin. Là encore, on prend le temps, on écoute, on compatit, et on aimerait serrer cette Lisette pour la consoler.


BLOG ALTER1FO
11 août 2011

Lisette pleure comme il pleut cet été. Pour tout, pour rien. Pour rien ? Ça coule, ça coule… Ses larmes ne sont pas du goût de sa mère qui craint que sa fille ne noie ses fleurs, à l’école aussi on se moque d’elle, et de petits bobos peuvent occasionner des inondations. Comme rien ne soulage ses peines, Lisette en remplit des bocaux, et elle ajoute à ces flots de larmes un échantillon coloré de ce qui l’a fait pleurer. Et cela lui permet curieusement de ne plus verser de larmes pour des occasions similaires.

Son exposition douce-amère sur ses étagères augmente au fil des ans, ses chagrins de jeune fille et jeune femme seraient plus lourds que ceux de son enfance… mais elle garde le plus beau de ses flacons pour ses premières larmes de joie. Qui ne viennent pas. Qui viendront peut-être à Mémé Lisette (cousine d’Hulul dont le thé aux larmes nous enchante encore ?) qui regarde avec regret les souvenirs de ses nombreuses tristesses.

Le trait tout doux et les couleurs automnales de Sandrine Kao s’accordent parfaitement avec la chanson de ses mots « plic, ploc ploc« . Auteure et illustratrice de cet album (on aimerait un mot unique pour ce travail qui se fait probablement de concert, trois coups de crayon appelant une phrase et inversement ?), elle nous murmure que son personnage ne laisse pas son espoir se perdre ni s’abîmer dans les turbulences des années qui passent.

Lisette reste « la même » tout au long de sa vie, grandissant et vieillissant dans les mêmes simples vêtements, dont les reliefs légers rendus par le coloriage par-dessus peut-être une dentelle trouvent un écho discret dans le décor, jusque dans les feuilles des plantes. Si elle a tant pleuré, voilà que les plus grands bonheurs laissent ses yeux secs. Quel dommage que ses larmes de joie tardent tant… alors qu’elle aime, met des enfants au monde qui eux-mêmes… a-t-elle épuisé toute l’eau salée qui lui revenait ?

Mais tout vient à qui sait attendre, et Lisette remplira son plus joli bocal en recevant et  

Livres à découvrir

  • Les Jours noisette

  • Paris-Paradis (Deuxième partie)

  • Paris-Paradis (Première partie)

  • Envole-toi !

  • C'était écrit comme ça

  • Zoum chat de traîneau

  • N'oublie jamais que je t'aime

  • Les 5 Poches

  • Le Magasin de souvenirs

  • Les Artichauts

  • Pimpon

  • Comme deux confettis

  • Parle-moi Papa

  • L'Heure des mamans

  • Mais quelle idée !

  • Mon Extra grand frère

  • TOUS LES CAUCHEMARS ONT PEUR DES BISOUS

  • Petite Miss

  • Le Plus beau jour de ma vie

  • Paris-Paradis (Troisième partie)

  • La Musique de Rose

  • Papi Chocolat

  • Les Mots d'Enzo

  • Pour toute la vie